L’alcool fait un tabac !

Avertissement : cet article n’est pas comme les autres. Il doit être lu fortement alcoolisé, comme l’a été l’auteur.

13946589306_e1f85a61ce_z
L’alcool rassemble les foules – Flyckr

Je ne vous enfumerai pas de théories sur le tabac. De toutes parts on dit que fumer, « ce n’est pas bien ». Pourquoi pas. Fumer, c’est une histoire de faire mieux que l’autre, en faisant comme les autres. Fumer, c’est mourir. Fumer, c’est ne plus vivre soi même. Fumer, c’est partir en fumée. Mon humour est quelque peu fumeux, je le sais.

Le tabac, c’est consumer. Consumer un produit dont on ne sait la provenance : d’où est la cendre ? De quelle tombe ? Ou plutôt de quel pays ? Est-elle chinoise ? Ou orientale comme le montre sa couleur, brune ? Est-elle nordique comme l’indique son enveloppe, blanche ? Tant de questions qui nous amènent à nous demander si le tabac, comme la cigarette, n’est pas mondialiste, et donc de gauche.

La cigarette est-elle de gauche ? Le cigare, fumé par des gens de droite, est-il finalement pour le mariage pour tous ? Le cigare est-il, en cherchant bien, homosexuel ? Cette ambiguïté nous amène à nous interroger sur la véritable légitimité du tabac dans le monde du couple : le tabac est-il néfaste pour un couple ? C’est possible. Ce n’est pas impossible. Un couple a besoin de clarté, et non d’une brune qui romprait le mariage. Le fumeur est dépendant de sa drogue, alors que la femme non fumeuse est dépendante du sexe, c’est donc une femme frustrée qui va essayer de tromper son mari avec un non-fumeur.

Le tabac est aussi un tueur, un criminel, « Fumer Tue » lit-on sur les paquets. Une cigarette, en plus d’être homosexuelle, est-elle criminelle ? Dans certains pays orientaux, elle serait brulée pour toutes ces causes. Criminelle, elle l’est peut être, mais seulement lorsqu’elle est grillée. Eh oui, fumer, c’est un acte de grillage : on ferme la porte à l’air en faisant entrer de la fumée. Il ne reste plus qu’à se transformer en souris pour passer le grillage et se retrouver à l’air libre pour respirer l’air pur des montagnes. Les Alpes ne sont pas loin, force est de vous le rappeler. A ce propos, en 1926, l’explorateur John Fieldliberg a voulu monter le Mont Blanc en fumant un cigarette roulée en haut de la montagne. Personne ne l’a revu, on pense qu’il a fondu. Depuis 2006, il est interdit de fumer dans les lieux publics. Et pourtant les gens continuent de fumer dans les rues. Les rues sont pourtant publiques. Les rues sont populaires et ancrées dans un partage public. Les rues sont donc communistes, par le fait qu’elles sont à tous. Les rues, publiques, devraient être non fumeurs. On a enfin trouvé la ressemblance entre Fidel Castro et les rues : le tabac.