Rase Campagne #3 – Nicolas Dupont-Aignan

La chronique Rase Campagne revient chaque lundi sur le programme des candidats aux élections présidentielles de 2017. Découvrez ainsi, cette semaine, un panorama des propositions de Nicolas Dupont-Aignan, candidat de Debout la France.

J-assume-pas.jpg
Nicolas Dupont-Aignan, en plein hold-up. (crédits: Europe 1)

Nicolas Dupont-Aignan est issu d’une famille de classe moyenne, dont il est le benjamin. Diplômé de l’IEP de Paris, d’une licence de droit et de l’ENA, il débute sa carrière politique en exerçant dans plusieurs cabinets, dont celui de F. Bayrou et de M. Barnier. Dès 1995, il s’investit un peu plus en politique en étant élu maire de Yerres, et en entrant au RPR en tant que directeur des études au sein du parti. Il se rapproche alors de C. Pasqua, célèbre souverainiste de droite, qu’il soutient pour les élections européennes, avant de se présenter pour la présidence de l’UMP, en 2004.

Toutefois, Nicolas Dupont-Aignan ne parviendra à se faire élire que comme député de l’Essonne, et échouera systématiquement aux grandes élections auxquelles il participera: pour la présidence de l’UMP en 2004, et pour les présidentielles en 2007, faute de parrainages. Loin d’être découragé, il fonde en 2007 le parti politique Debout La République, qui présentera des listes aux élections européennes de 2009 (2,04%) et aux présidentielles de 2012 (1,79%).

Il se représente de nouveau aux élections présidentielles de 2017, sous les couleurs de son parti au nom changé, Debout la France, porteur d’un programme revu de fond en comble:

  • Exiger un casier judiciaire vierge pour tout candidat à une élection
  • Prendre en compte le vote blanc dans les résultats d’une élection
  • Supprimer les privilèges des anciens élus
  • Diminuer le nombre de parlementaires
  • Créer un référendum d’initiative populaire
  • Revenir au septennat (mandat présidentiel de sept ans)
  • Ne plus élargir l’Union Européenne
  • Suspendre Schengen (mais rester dans l’UE)
  • Renoncer au TAFTA et au CETA
  • Transformer l’euro en monnaie de réserve
  • Retrouver une politique étrangère indépendante
  • Intensifier la guerre contre les mouvements terroristes islamiques
  • Quitter l’OTAN
  • Soutenir et développer la francophonie
  • Œuvrer à un accord de paix entre Israël et Palestine
  • Créer un plan Marshall pour l’Afrique
  • Recruter 50 000 soldats supplémentaires
  • Rétablir un service national de trois mois obligatoire
  • Renforcer nos moyens militaires matériels et dynamiser notre industrie d’armement
  • Baisser les impôts pour les entreprises pour inciter à investir en France
  • Parvenir à l’égalité Femmes/Hommes au travail en cinq ans
  • Interdire les importations reposant sur l’esclavage moderne
  • Augmenter les salaires nets de 10%
  • Mettre en œuvre le travail universel (journée de travail obligatoire pour tous)
  • Stimuler le budget pour la recherche
  • Développer le thorium et le nucléaire
  • Créer un label « Fait en France »
  • Interdire les OGM
  • Instaurer une carence de 5 ans pour les soins aux immigrés

Le candidat de Debout La France est passé, ce dimanche, devant les caméras d’On N’est Pas Couché, émission politique de France 2, pour présenter quelques aspects de ce même programme. Deux thèmes ont particulièrement intéressé Y. Moix et V. Burggraf: l’immigration et l’Europe, dont les points de vue de N. Dupont-Aignan paraissaient proches de l’extrême-droite: le candidat parlait effectivement de « grand ménage » pour « éviter le grand remplacement ».

Républicain, gaulliste et souverainiste, N. Dupont-Aignan se veut aussi et surtout le candidat du réalisme. Sa position de maire d’Yerres, qu’il occupe toujours, lui a prévalu, le jour de l’émission, de justifier ses mesures par son expérience « proche du terrain » et alarmiste. Avant tout, le candidat de Debout la France se dédouanait de toute accusation de racisme ou de démagogie en imaginant une France grande mais rigoureuse, qui, pour régler les problèmes de pauvreté et de communautarisme intérieurs au pays, veut fermer la France pour ensuite en faire une destination de choix lorsque tous les problèmes actuels auront été résolus.

Nicolas Dupont-Aignan se veut droit et intègre. Favorable à un Frexit en 2012, il est aujourd’hui revenu sur sa position et considère l’Europe comme un atout de taille, à condition qu’à l’instar de ses mesures pour la France, on en réduise ses pays membres. Et même si ces austères promesses peuvent faire de lui un candidat farouche, il faut également prendre en compte la propension de Nicolas Dupont-Aignan à se préoccuper de l’égalité de tous les Français, homme comme femme, riche comme pauvre, noir comme blanc, en prenant les mesures qu’il faut: parfois rigoureuses, parfois contraignantes, parfois radicales. C’est pourtant avec celles-ci qu’il est parvenu à relever et à développer, en moins de vingt ans, sa ville d’Yerres.

Pour ceux qui souhaiteraient en savoir plus sur Nicolas Dupont-Aignan et son parti, Debout la France, rendez-vous sur son site officiel, ou bien sur sa chaîne Youtube.