Rase Campagne #4 – François Fillon

La chronique Rase Campagne revient chaque lundi sur le programme des candidats aux élections présidentielles de 2017. Découvrez ainsi, cette semaine, un panorama des propositions de François Fillon, candidat des Républicains.

FRANCE-POLITICS-LR-FILLON
Le rutilant candidat François Fillon. (crédits: rtl.fr)

Ancien Premier Ministre du gouvernement de N.Sarkozy, François Fillon est l’un des candidats les plus en vue des prochaines élections présidentielles; principalement, on peut le dire, grâce à la légitimité acquise en étant élu aux primaires ouvertes de la droite face à l’ancien Président Sarkozy et face à Alain Juppé.

C’est peut-être aussi grâce à une légitimité obtenue à travers le temps, puisque François Fillon exerce en politique depuis 1976. Fils d’un notaire et d’une professeure en université, il avait alors, après une jeunesse pleine de frasques ainsi qu’un bac littéraire et une DEA de droit pénal validés de justesse, adhéré au RPR, parti de droite fondé par Jacques Chirac. Il gravit alors rapidement les échelons puisqu’il est ensuite élu député en 1981, à seulement 27 ans. Au fil des années, il se rapproche des « rénovateurs » du parti (Philippe Séguin, François Bayrou), et glane au passage quelques mandats supplémentaires: en tant que maire de Sablé-sur-Sarthe, par exemple, puis, en 1993, en tant que ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche sous le gouvernement Balladur.

Dans un contexte de crise favorable aux succès politiques de la droite, François Fillon se rapproche de Jacques Chirac, obtenant en 2002 les clés du Ministère du Affaires sociales et du Travail, à la tête duquel il conduira une réforme sur les retraites (cotisation individuelle, report de l’âge de retraite) qui fit alors largement parler d’elle. Les années 2000 l’accoutumeront d’ailleurs sûrement aux réformes houleuses, puisqu’en tant que ministre de l’Éducation, en 2005, il présente une réforme du baccalauréat très critiquée.

Toutefois, la confiance que lui accorde Nicolas Sarkozy l’amènera à le nommer Premier Ministre de son gouvernement, entre 2007 et 2012. La relation entre les deux hommes ne sera pas toujours au beau fixe, Sarkozy idéalisant un Président actif et omniprésent, éclipsant ainsi son Premier Ministre, François Fillon.

Peut-être est-ce l’un des éléments qui a pu pousser François Fillon à prendre à son tour les rênes du parti de l’UMP, puis des Républicains, et à se présenter pour les élections présidentielles de 2017, en comptant sur un programme très ancré à droite:

  • Économiser 100 milliards d’euros en 5 ans sur les dépenses publiques
  • Réaliser 40 milliards de baisse des charges patronales pour les entreprises pour relancer l’emploi
  • Réaliser 10 milliards d’allègements sociaux et fiscaux pour les ménages
  • Instaurer 39h de travail par semaine dans la fonction publique
  • Supprimer l’Impôt sur la Fortune
  • Repousser l’âge de la retraite à 65 ans
  • Aligner le régime fiscal des commerçants et des artisans sur celui des autoentrepreneurs
  • Supprimer les normes françaises concernant l’agriculture
  • Instaurer une allocation sociale unique (pour que l’assistance ne rémunère jamais plus que le travail)
  • Investir 12 milliards d’euros dans la sécurité, la défense et la justice
  • Créer 16 000 places de prison pour exécuter les condamnations
  • Expulser les étrangers suspectés de terrorisme et interdire le retour des Français partis combattre à l’étranger pour Daesh.
  • Réduire l’immigration à son strict minimum en créant des quotas d’immigration
  • Ne verser des prestations qu’aux étrangers en situation régulière depuis au moins deux ans
  • Avancer l’âge de la scolarité à 5 ans au lieu de 6
  • Rétablir l’universalité des allocations familiales
  • Réserver l’adoption aux couples hétérosexuels
  • Limiter la PMA aux couples hétérosexuels infertiles
  • Interdire la GPA
  • Réduire la « fracture culturelle » par un plan « Patrimoine pour tous »
  • Soutenir la création artistique
  • Consolider la filière nucléaire française
  • Renforcer le pouvoir économique des élevages en agriculture
  • Donner à tous les français la possibilité de se loger selon leurs moyens.

« Je ne suis pas un idéologue. Je suis un pragmatique qui raisonne avec bon sens, » se présente Fillon à travers son programme. Effectivement, la plupart des critiques dirigées vers ce dernier visaient son austérité et son conservatisme, qui transparaissent notamment sur les points des 39h, du report de l’âge de retraite ou encore de l’interdiction de la GPA.

Le candidat des Républicains justifie ces prises de position jugées « rétrogrades » par une vision particulière de son programme: le réalisme. François Fillon considère en effet les diverses mesures de rupture qu’il promulgue comme des mesures importantes et indispensables dans le contexte actuel du pays. Ainsi, passer aux 39h de travail hebdomadaire vise ainsi à rendre la France plus compétitive; repousser l’âge de la retraite à 65 ans permettrait d’en assurer de meilleures; ou encore, supprimer l’ISF, mesure critiquée en tant qu’elle avantage les plus riches, servirait à attirer davantage d’investisseurs et d’actionnaires en France.

Le programme de François Fillon peut, à de maints égards, paraître brutal, voire trop radical. Le candidat des Républicains assure toutefois qu’il a confiance dans ces mesures dont l’effet irait au-delà de son mandat: en termes simples, se serrer la ceinture quelques années pour retrouver une France forte qui a retrouvé ses valeurs et qui, en se repliant sur elle-même, a pu mieux se rassembler et affronter l’avenir.

François Fillon propose donc une vision rude et particulière de l’horizon politique français, qu’il compte bien appliquer, et ce malgré les récentes émules provoquées par des accusations du Canard Enchaîné, journal satirique selon lequel l’épouse du candidat aurait, pendant une dizaine d’années, touché un salaire sous couvert d’un « emploi fictif ».

Pour ceux qui souhaiteraient en savoir plus sur François Fillon et son programme, rendez-vous sur son site officiel.