Rase Campagne #6 – Jean-Antoine Chalumeau

La chronique Rase Campagne revient chaque lundi sur le programme des candidats aux élections présidentielles de 2017. Découvrez ainsi, cette semaine, un panorama des propositions de Jean-Antoine Chalumeau, candidat indépendant.

17097268_935863826516975_6285025525073607345_o
Jean-Antoine Chalumeau, en visite au Salon de l’Agriculture.

Très peu médiatisé, Jean-Antoine Chalumeau est un candidat discret, mais qui n’en a pas moins des idées bien précises. Né en 1990 à Rambouillet, il obtient son certificat d’études avec succès, mais échoue à décrocher son CAP de chauffagiste, deux années plus tard. Il se lance ensuite dans des études de philosophie, qui avortent le jour où il se découvre une passion pour la gastronomie française. Il se dirige alors vers un CAP cuisine, qu’il obtient aisément.

« Très bien connu » dans sa ville de Montchaton, Normandie, Jean-Antoine doit, selon lui, sa décision de se présenter aux élections présidentielles de 2017 à deux amis proches qui lui répétaient fréquemment qu’il avait de bonnes idées politiques. Il entreprend alors de déposer sa candidature, « pour leur faire plaisir », certain d’avoir sa chance car « vu les gens qui se présentent, on n’est pas sortis de l’auberge ».

Candidat indépendant, il est toutefois parvenu à se frayer une place de choix dans la course aux prochaines élections, notamment grâce à deux meetings qui firent couler beaucoup d’encre du fait de l’éloquence singulièrement aiguisée du candidat: l’un à Trécon, l’autre dans sa ville, Montchaton. Il a même entamé des négociations avec un autre candidat indépendant, Sylvain Durif, en vu d’une alliance probable. On retient également sa visite au Salon de l’Agriculture, le 4 mars, passée sous silence dans la plupart des médias suite aux émeutes causées par l’arrivée en nombre de partisans de Jean-Antoine Chalumeau.

Cependant, le candidat ne compte pas que sur son bon parler pour remporter les élections, et a, dans cette optique, présenté à Montchaton un programme ponctué par des mesures fortes:

  • Retourner au troc
  • Créer un Ministère du droit et de la liberté de l’animal
  • Ne plus faire de l’Élysée le siège du Président: le Président gouvernerait de son domicile, l’Élysée étant jugé trop fastidieux et favorisant l’élitisme
  • Distribuer, tous les quinze jours, un panier de légumes de production française et artisanale à chaque étudiant
  • Mettre fin à la chasteté intellectuelle
  • Détruire les musées
  • Mettre en avant le patrimoine français, notamment les châteaux
  • Faire pousser de l’herbe à chat sur les trottoirs
  • Limiter les négociations avec les Etats-Unis
  • Ruraliser l’entièreté des Terres de France
  • Mettre en place une fontaine à vin dans toutes les communes
  • Instaurer un référendum permanent
  • Mettre en place une salle d’idées populaire dans chaque commune
  • Soutenir la création culturelle et artistique
  • Supprimer les industries et entreprises qui exploitent les employés
  • Fermer les prisons sombres
  • Mettre en place un processus de recherche pour que les criminels soient contents de vivre
  • Supprimer les cours d’anglais à l’école primaire
  • Rééduquer les charlatans politiques de notre époque
  • Remettre au goût du jour les métiers disparus (vitrier, forgeron, montreur de singes, colporteur, raccommodeur)
  • Ouvrir les frontières à tous
  • Changer la devise française en « Coeur, douceur, chaleur »

Le programme de Jean-Antoine Chalumeau a un objectif simple et précis: redonner le sourire; une idéologie que le candidat se plaît à appeler « le sourisme ». Dans cette optique, il propose donc des changements économiques et sociaux radicaux: revenir au troc, bouter hors des Terres de France les entreprises qui ôteraient le sourire du visage de leurs employés, ou encore mettre en place un ministère entièrement dédié aux droits de l’animal.

Grand amateur de félins en tous genres, Jean-Antoine Chalumeau n’hésite d’ailleurs pas à emmener les siens à ses meetings, en gage d’une authenticité que personne ne pourrait lui enlever. Il considère par ailleurs que le bonheur et l’amour sont la clé de tous les maux actuels de la France. A propos de l’immigration par exemple, il déclare que « si nous n’accueillons pas les gens, ils ne vont pas sourire », et souhaite « apporter de la chaleur humaine à la France ».

Il y a également, chez Jean-Antoine Chalumeau, une volonté réelle et forte de redonner la parole au peuple, au sens propre du terme, puisque tout citoyen, par le biais d’une salle située dans chaque commune, aura la possibilité d’émettre un avis sur la politique, s’il est élu, de Chalumeau, voire de proposer directement des idées. Sceptique sur ses adversaires dans la course à la présidence, Chalumeau se flatte d’être l’un des rares candidats à se placer véritablement comme un porteur de solutions, un sauveur. C’est d’ailleurs un point qu’il partage avec Sylvain Durif, avec qui, selon lui, les négociations sont désormais à un stade avancé.

Le slogan de la campagne de Jean-Antoine Chalumeau est « Reprenons notre sourire », mais il a confié, en fin amateur d’humour, approuver la devise scandée en masse lors de ses meetings: « En 2017, chat-ssons-les, ou nous chat-virerons. » Jean-Antoine Chalumeau est un homme simple, aux idées simples, mais qui vont droit au but: redonner le sourire aux gens. Entre homme de terrain et doux rêveur, la candidat, admirateur du roi Dagobert, souhaite ainsi apporter à la France deux choses qui faisaient l’apanage du monarque et qui manquent actuellement à notre pays: la sagesse de l’être et l’intérêt du peuple.

Pour ceux qui souhaiteraient en savoir plus sur Jean-Antoine Chalumeau et suivre son actualité, rendez-vous sur sa page Facebook.