Rase Campagne #9 – Philippe Poutou

La chronique Rase Campagne revient chaque semaine sur le programme des candidats aux élections présidentielles de 2017. Découvrez ainsi, aujourd’hui, un panorama des propositions de Philippe Poutou, candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste.

FRANCE2017-VOTE-DEBATE
Philippe Poutou, une seconde avant le clash. (crédits: rtl.fr)

Philippe Poutou présente la particularité, partagée avec Nathalie Arthaud, de ne pas avoir la politique pour profession principale. Ouvrier à l’usine de Blanquefort en Gironde, il en est l’un des principaux responsables syndicaux et se fait remarquer en en empêchant sa fermeture et en sauvegardant 955 emplois.

Si le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste n’a aucune expérience professionnelle en politique, il a cependant un grand passif de militant. Au lycée, il se définit déjà comme anarchiste, et intègre Lutte Ouvrière, parti politique d’extrême-gauche, en 1995. Toutefois, il en est évincé et rejoint en 2000 la Ligue Communiste Révolutionnaire, qui deviendra plus tard le Nouveau Parti Anticapitaliste. Bien installé au sein du mouvement, il se présente aux législatives de 2007 puis aux régionales d’Aquitaine en 2010, où il recueille 2.52% des suffrages exprimés.

Il est alors désigné candidat du parti pour les élections présidentielles de 2012, et totalise cette fois 1.15% des voix. Un score qui ne décourage pas le partage, puisqu’il choisit de nouveau Philippe Poutou pour le représenter lors des prochaines élections présidentielles d’avril et de mai 2017.

Il parvint une nouvelle fois à rassembler les parrainages et participe même au premier débat avec la totalité des candidats le 4 avril 2017, sur CNews et BFMTV. L’occasion de revenir sur son programme:

  • Interdire les licenciements
  • Interdire les suppressions de postes et les contrats précaires
  • Créer un million d’emplois dans le service public
  • Augmenter les salaires de 300€ et le SMIC à 1700€ minimum
  • Porter la durée légale du temps de travail à 32 heures par semaine
  • Combattre le chômage par la réduction du temps de travail (qui engendrera plus d’embauches)
  • Porter la retraite à 60 ans (37,5 annuités de travail)
  • Créer des centres de santé de proximité
  • Créer 120’000 emplois dans le secteur de la santé
  • Instaurer le remboursement total des soins par la Sécurité Sociale
  • Construire 200’000 logements sociaux par an
  • Bloquer les loyers à 20% du revenu
  • Désarmer la police
  • Sortir du nucléaire
  • Tendre vers 100% d’énergies renouvelables en 2050
  • Abroger la Ve République et la fonction présidentielle pour instaurer une démocratie directe
  • Interdire le cumul des mandats
  • Abaisser le salaire des élus à ceux des ouvriers et employés
  • Rendre l’université et l’école gratuites, sans sélection
  • Mettre fin aux subventions allouées aux écoles privées
  • Limiter les effectifs à 20 écoliers par classe
  • Garantir la libre circulation et la libre installation des étrangers
  • Légaliser le cannabis
  • Stopper toutes les interventions militaires à l’étranger
  • Arrêter l’État d’urgence
  • Généraliser la gratuité des transports publics
  • Donner libre accès à la PMA pour les couples homosexuels et hétérosexuels
  • Rejeter tous les traités de libre-échange (dont ceux de l’Union Européenne)
  • Interdire les OGM et passer au bio d’ici 2027

Philippe Poutou provoqua un certain tollé lors de sa participation au premier débat avec tous les candidats de CNews et BFMTV, notamment pour avoir apostrophé François Fillon et Marine Le Pen sur leur crédibilité à se présenter pour la fonction suprême alors qu’ils sont tous deux mis en examen ou dans le collimateur de la justice. Une voix dénonciatrice, forte, parfois maladroite, qui eut toutefois le mérite d’être rejointe par de nombreuses personnes qui, « même si elles n’étaient pas intéressées par le projet de Philippe Poutou, soutenaient son rôle de représentant réel des ouvriers et des employés dans cette course à la présidence. »

L’objectif de Philippe Poutou paraît effectivement tel: ne pas concourir à tout prix pour la présidence, mais profiter de la dynamique médiatique autour de ces élections pour faire entendre sa voix, et signifier un ras-le-bol collectif. Cette volonté de bousculer la conscience de tous et d’alerter sur la condition de certains ouvriers et employés se retrouvent d’ailleurs dans son programme; en proposant des solutions pour améliorer la vie des plus précaires (semaine à 32h, augmentation du SMIC, blocage du loyer).

Mais le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste souhaite aussi réviser en profondeur les secteurs de la santé, de l’environnement et de la politique (création de centres de santé de proximité, objectif du 100% renouvelable, abrogation de la fonction présidentielle). Philippe Poutou, devant ce système qui broie les Français, propose de faire table rase et de donner aux citoyens un réel pouvoir de manière à ce qu’ils puissent contre-balancer les décisions politiques qui ne leur conviennent pas.

Il propose de refonder la société, en tendant vers un principe d’égalité au centre de son programme, et de lutter contre un capitalisme désigné comme le principal responsable du faible niveau de vie des ouvriers en France. Il propose, enfin, de donner une chance aux Français de sortir de cet étau et de marcher vers une révolution ouvrière, sociale: en somme, vers une véritable lutte des classes.

Pour ceux qui souhaitent en savoir plus sur Philippe Poutou et le Nouveau Parti Anticapitaliste, rendez-vous sur son site web.