La randonnée pédestre, par monts et par vaux

Que tu sois un dur à cuire ou un tendre, aventurier ou casanier, disciple d’Indiana Jones ou fan de K-Pop : la randonnée est faite pour toi. Alors, oui, ça fait mal aux pieds, oui c’est long, mais ce n’est qu’au début. L’adaptation est rapide, qui plus est marcher est un comportement inné chez l’humain, alors pourquoi se priver d’une petite randonnée dans la forêt d’à côté quelques fois par an ? Je vais exposer en quelques points pourquoi la randonnée est une activité aussi cool que bénéfique, et surtout pourquoi et comment tu devrais en faire.

La randonnée pédestre : un sport avant tout. Certains manquent de temps pour pratiquer une activité sportive, et malheureusement monter et descendre quotidiennement les marches deux par deux de chaque escalier croisé en courant ne servira pas à grand-chose, à part à se tourner en ridicule si l’on croise quelqu’un d’autre quand on le fait (#Vécu), ou être vraiment dangereux, et cette phrase est beaucoup trop longue. Même si organiser un marathon dans des escaliers n’est pas impossible, du moins, je l’espère.

kerry-sharbakka1
Voilà ce qui arrive quand on fait le malin. PS: cet homme est dangereux. (Photographe : Kerry Skarbakka)

Mais revenons à nos moutons. Qui dit sport, dit bouger. En effet, en dehors de ceux qui n’ont pas le temps, nombreux sont ceux qui n’ont pas la motivation, l’envie ou tout simplement qui ne ressentent pas le besoin de faire du sport (venez comme vous êtes ❤ Ps: j’aime pas McDo par contre). Si tu n’as pas le temps, ce qui est le cas pour la majorité des étudiants voire tous, tu peux toujours aller te balader pendant les vacances d’été et si tu travailles lors de celles-ci, marcher dans une prairie pas loin de chez toi pendant deux-trois heures. Et oui, il faut quand même faire un minimum de trajet pour accéder au trésor béni qu’est la randonnée pédestre. En plus, ça t’aidera à faire ta sèche de l’été. Alors, avoir envie de faire du sport mais ne pas avoir de motivation, ce n’est pas une excuse, et je vais justifier ça en trois phrases :

  • marcher, ce n’est pas si compliqué et en plus, les médecins ont dit que marcher trente minutes par jour permet de maintenir un état de santé correct
  • trouver que marcher est ennuyeux, or la randonnée c’est de la marche interactive
  • faire de la randonnée, si possible avec des potes.

Le raisonnement est basique, la solution à tes problèmes est simple. Basique, simple. Tu peux même marcher vite et faire tous les trails qui te tombent dessus (j’adore courir à la verticale), ou prendre ton temps et pique-niquer tranquillou en haut d’un mont. Il y a plusieurs difficultés de randonnées donc tu as de quoi te satisfaire.

Pratiquer la randonnée terrestre, ou comment se rapprocher de la nature. Aimes-tu ton téléphone ? Pouvoir envoyer des messages quand tu veux et aller sur les réseaux sociaux avant de t’endormir ? C’est terminé, et c’est pas si mal (relativise veux-tu ? ). Tu peux toujours télécharger des films ou des vidéos avant de partir de chez toi ceci dit. Quoi de mieux qu’un peu d’air frais à la montagne, ou qu’une balade dans la prairie en lisière de forêt ? La randonnée se laisse pratiquer un peu partout en dehors d’une ville (pas très intéressant en ville). Souvent uniquement de la découverte, la randonnée, si tu es curieux, sera une véritable partie de plaisir et une bonne dose de « woah », « oooh » et « qui a la bouteille d’eau ? ». Tu découvriras des lieux inédits, des bestioles qui te sont inconnues et peut-être même des déchets le long des sentiers (merci beaucoup les gens). Plus sérieusement, se détacher du quotidien, être un peu lâché au milieu de nulle part, c’est agréable et ça fait l’effet d’un retour aux sources. Comme si tu retournais chez tes parents après vingt ans d’absence et qu’ils te faisaient ton plat préféré. Un sentiment incroyable, tout simplement. Et je ne te parle même pas de ces ciels étoilés avant de t’endormir si tu enchaînes une randonnée sur plus d’une journée: c’est ce qu’on appelle s’endormir heureux. Beaucoup d’entre nous ne l’ont pas fait depuis longtemps, et pourtant ça fait vraiment du bien. Merci Nature d’être là, super sympa.

3-stargazersey
On dirait une tête de licorne.

On peut combiner la rando à un petit séjour en camping (encore mieux, sauvage). Dormir dans un hôtel pas loin, dans un gîte pas cher, c’est bien tout ça, mais nous, ce qu’on veut, c’est du challenge. D’où le concept de la rando/camping, surtout si c’est du camping sauvage, alors là c’est un énorme pouce bleu. Le schéma classique rando/camping : se lever à 6h50 pour avoir toute la journée devant soi (mais oui bien sûr); prendre le petit-déj; se brosser les dents, mais bon les toilettes sont loin alors c’est long; passer une partie de la matinée tranquille; partir sur un chemin inconnu mais vers la montagne ou la forêt aux alentours de 10h45; se perdre; oh mince il est déjà 13h; ouvrir une carte froissée; faire genre qu’on s’y connaît; retomber sur un chemin bien tracé par hasard (ce fameux trèfle à quatre-feuilles toujours dans ma poche); voir un panneau indiquant « sentier du lézard »; emprunter ce chemin car c’est le plus court pour rentrer « chez soi »; 30 mètres plus loin, tu découvres que le chemin s’avère être en pente à 70°, après tout les lézards montent aux murs tu aurais dû te méfier de ce nom de sentier; regretter; porter des camarades tombés au combat; vers 17h, arriver au campement; être crevé; ne pas avoir mangé; vérifier le stock de nourriture; voir qu’il n’y a que du chorizo, beaucoup de chorizo; se dire que si tu en avais pris un peu ce matin tu n’aurais pas eu si faim tout le long de la rando; en manger un peu tout en discutant de la rando pour en conclure que finalement elle n’était pas si simple; se doucher; jouer au Loup-Garou avec ses amis; aller se brosser les dents, bientôt plus de dentifrice apparemment; essayer de trouver une place dans la tente un peu trop petite pour trois personnes; dormir; mais juste avant noter « aller faire des courses » avec un stylo noir tout pété sur une feuille de platane (qui se sera sûrement envolée le lendemain matin à l’aide d’une magie obscure et d’un peu de vent). Recommencer le lendemain. Crois-moi, tu ressors de ce « séjour » en héros, et tu auras des histoires à raconter à tes petits-enfants plus tard. Ils ne te croiront sûrement pas mais toi, tu sais que c’est vrai et ça c’est ce qui compte le plus.

DSC00483
Dormir dans une tente près d’un lac en été, c’est comme se coucher dans un frigo et se réveiller sur un bûcher, rpz Jeanne d’Arc.

La rando, c’est vraiment amusant quand on est avec des amis, des potos, des amigos, des acolytes, des gens qui finissent le chorizo sans rien dire aux autres. Non, parce que mine de rien, on rit, on se raconte des histoires qui font peur le soir, on regarde des films grandioses tels que Y-a-t’-il un pilote dans l’avion sur un petit écran de smartphone, on joue au Loup-Garou, mais le chorizo est un bien précieux convoité par tous, et la trahison n’est jamais très loin. Un chorizo se laisse transporter pour être mangé à n’importe quel moment et dans n’importe quel lieu, c’est un délice, la peau s’enlève facilement, c’est quasiment inodore, c’est rouge donc ça donne du courage, et pour finir ça réchauffe. Oui, parce que c’est malin de faire des randonnées pendant les vacances  d’été mais si t’en fais en hiver parce que le soleil c’est pas trop ton délire, mieux vaut avoir du chorizo sur soi. En bref, le chorizo est LE meilleur ami du randonneur. Et si t’es végan ou végétarien, ou un truc du genre, prends une boîte de piments mais ça risque d’être différent.

chorizo
Ton meilleur ami durant ton périple, qu’il soit de cinq heures ou de cinq jours.

Se préparer, c’est une toute autre histoire. Trouver des randos c’est plutôt simple grâce à des sites tels que Visorando. Mais ne rien oublier avant de partir, ça c’est plus compliqué. Que tu partes pour une journée, quatre jours ou plus, seul ou avec des amis, il faut se préparer à tout, même à voir un ours lors d’une randonnée ou à devoir se changer parce qu’un individu a sauté dans la boue juste à côté de toi, sans faire exprès, évidemment. Préparer une rando, c’est comme préparer une grosse fête chez toi, tu y laisses pas mal de temps pour une activité qui en durera trois fois moins, mais bon, on fait avec. De plus, il y aura toujours une personne qui stressera les autres pour rien, et ça, c’est appréciable. Soit cela signifie que la troupe compte à ses yeux et qu’il ou elle ne veut pas perdre tout ce beau monde, soit il/elle n’aime vraiment pas le chorizo, et souhaite que de la nourriture soit stockée en avance. Qui l’eût cru, préparer une activité n’aura jamais été aussi pénible. Tu passes par beaucoup d’hésitation, tu te dis que finalement ça vaut pas le coup de perdre autant de temps pour faire qu’une seule rando de trois jours. Même se préparer pour 6 heures, c’est relou, j’exagère bien sûr, mais faut quand même prévoir un minimum.

Désormais, abordons la question des vêtements. Aaaah… les vêtements. Une grande histoire, c’est sûr. Au niveau de la veste, tu as le choix entre le vieil anorak que ton père te propose, complètement naze parce qu’il est plein de trous, et un nouveau coupe-vent de chez Décat’ qui passe bien mais qui est par contre vraiment, vraiment cher.

Résultat de recherche d'images pour "veste coupe vent rando"
70 euros pour ça sérieux? Aïe j’ai mal.

Du coup, tu te rabats sur des vêtements pas toujours géniaux. Les chaussures ne sont pas forcément confortables. Certes, elles sont censées l’être mais comment dire…. elles te tiendront vraiment chaud. Du style, beaucoup trop chaud. Quand tu rentres au campement ou chez toi, ce que te demande ton corps entier en premier, c’est que tu enlèves tes chaussures. Quant aux pantalons, tu as le choix: bermuda, pantacourts, survêtements, jeans… Ce qui te paraît le plus confortable en fait. Car oui, la rando c’est adopter le style le plus efficace possible, et en plus avec une classe d’un tout autre niveau. Tout cela te donne à la fin un style « pas piqué des hannetons », certains diront même qu’il est légendaire, tellement ce dernier est unique.

111021_NWVilleneuveUriagegroupe1
Ils ont l’air heureux. Même si on ne les voit que de dos, je sais qu’ils le sont. Regardez moi ce petit pantacourt beige des familles. Si c’est pas beau ça.

 

Alors voilà, si tu hésitais ou que tu n’y avais tout simplement pas pensé, si tu avais peur de faire de la rando avec tes amis ou même seul, pour faire un Vlog sympathique ou te la jouer MacGyver avec ta tente (bonne chance), sache que tu peux y aller. Non, vraiment, vas-y. C’est toujours plus cool que de rester chez soi tout le week-end, non? Après, chacun fait comme il veut mais bon, je t’ai montré pourquoi la randonnée pédestre c’est m-a-g-i-q-u-e. Allez, pour la route je me coupe un petit bout de chorizo, et à bientôt sur le sentier du lézard.